AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
24/05/18 ouverture du forum. De nombreux personnages disponible !

Partagez|

Now, I don't care, nobody's waiting for me at home

avatar

Laëtitia Moonrise

Witch
Messages : 22
Date d'inscription : 06/06/2018
Mer 6 Juin - 2:38
Laëtitia Moonrise

ft. Jennifer Lawrence
Identité

Surnom › Donut, pour une personne. Laë, pour d'autres.
Âge › 27 ans.
Statut › Célibataire
Orientation › Hétérosexuelle
Métier/classe › Dans le temps on disait ouvreuse de cinéma.
Espèce › Sorcière

Caractère


Sa personnalité est spéciale, mais elle colle parfaitement à sa vie qui est tout aussi spéciale. Laëtitia pense honnêtement qu’elle est une mauvaise personne et cela la ronge à l’intérieur. Mais tout le monde l’ignore. Laëtitia est un loup solidaire qui n’accorde sa confiance à personne. Elle a aimé, aime et aimera toujours une seule et même personne. C’est seulement cette personne là qu’elle sera toujours apte à écouter. Elle a toujours été manipulée toute sa vie et elle ne veut plus que cela dure de cette façon. Elle se fait donc passer pour une personne totalement ordinaire, bien que son fort caractère la trahisse parfois quand elle veut faire fermer la bouche de quelqu’un. Les diminutifs, ce n’est pas son truc. Mais du temps où elle avait une vie sociale, tout le monde l’appelait Laë. Seul son meilleur ami ne se prenait pas une remarque sèche quand cela lui arrivait. Il était la personne à qui elle faisait confiance. Après, une relation tumultueuse est née, elle était compliquée et plus douloureuse pour elle quand un refus se faisait sentir. Un autre homme a pu lui donner un surnom qu’elle a fini par adopter parce que c’était lui, tout simplement. Elle fût affublée du surnom donut.
En réalité, Laëtitia déteste l’injustice concernant les personnes qu’elle peut apprécier, même s’ils se comptent sur les doigts de la main. Elle affronte le danger comme si elle se servait un verre d’eau, ce qui exaspère ceux qui essayent de la maintenir en vie. La curiosité la ronge et c’est à la fois sa plus grande qualité et son plus gros défaut. Elle est passionnée et quand elle a quelque chose en tête, elle ne lâche pas l’affaire. Elle a toujours des idées et ne manque pas d’imagination, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire. Elle n’avouera jamais qu’elle est faible, parce qu’elle veut par-dessus tout montrer qu’elle peut se débrouiller seule, même quand ce n’est pas vrai.


Histoire


C'est étrange, cette impression de ne rien savoir de sa propre vie. Si la plupart du temps j'ai l'air mystérieuse, c'est parce que pour moi-même, je suis un vrai mystère. Pendant longtemps je ne me suis jamais demandée d'où je venais, ça n'avait pas d'importance. Et puis il y a eue cette période : l'adolescence, et plusieurs questions se sont mises à fuser dans mon esprit. Pourquoi n'avais-je pas de papa ? Pourquoi n'étais-je pas scolarisée ? Les réponses sont restées … imprécises ?
Disons tout simplement que tout n'était pas résolu. J'avais été adopté. Au moment où je l'apprenais nous étions en France. Ma mère a toujours adoré ce pays, elle le trouvait magnifique et le trouvait plus sûr pour nous deux. Je n'ai jamais vraiment compris sa paranoïa. Elle avait les deux nationalités : française et américaine. Moi ? Non non, je ne suis qu'américaine, mais ça me suffit amplement ! Bref, ça m'a fait un choc, mais en même temps j'aurais dû le savoir depuis le début. De toutes les personnes que j'ai pu croiser dans ma vie jusqu'ici, aucune ne semblait vraiment être comme moi. A contrario, les personnes qui semblaient être plus proche de ce que j'étais, je les détestais. Je ne les apprécie toujours pas... Mais je ne sais toujours pas ce qui distinguait les personnes que j'ai pu connaître avec celles qui semblaient être plus proche de moi. Je ne suis pas claire, mais ce sont des sentiments, des mimiques de personnes qui font que j'arrive à distinguer deux types « d'humains ».
La seule et unique personne qui se rapprochait le plus de moi à tous les temps c'était Mickaël. Un ami d'enfance. On a grandi ensemble, ces parents étaient amis avec ma mère. Ah tiens ! Si, eux aussi étaient de la catégorie la plus proche de la mienne, mais en même temps je ne les aie jamais aimés non plus. Je les aie toujours trouvés... prétentieux ? Disons que ma mère et eux étaient loin d'être sans le sous. Ce n'est qu'un détail, passons.
Donc, j'avais été adoptée par ma mère qui a toujours été célibataire ou SHF (sans homme fixe). C'est pourquoi je n'avais pas de papa. Pourtant j'en ai vu des hommes. Non, non, ma mère n'était pas ce genre de femme à changer d'hommes tous les soirs. Je n'ai jamais vraiment su si elle cherchait à convaincre l'un de ses amis de devenir un père de substitution. Quoi qu'il en soit, ils étaient tous si différents de moi sans que je mette la main dessus. Au fur et à mesure que je grandissais, je ne me rendais que mieux compte à quel point la plupart d'entre-eux semblaient être condescendant envers moi. Pour la scolarisation, elle m'a toujours plus ou moins baratinée. Je pense qu'en réalité elle ne voulait pas mélanger son enfant avec « les autres » allé comprendre pourquoi...
A part ces fréquentations étranges, on ne peut pas dire que ma vie fut follement passionnante. On déménageait souvent, curieusement les parents de Mickaël nous suivaient à chaque fois. Enfin je n'allais pas me plaindre, mon seul et unique ami devenait presque un frère pour moi.

L'année de mes dix-sept ans, tout a basculé. Oui, c'est très cliché comme phrase, je m'en rends bien compte. Pourtant cette année semble à la fois tellement flou, comme si des souvenirs ou des éléments me manquaient. C'est cette année-là que j'ai tout perdu.
D'une certaine façon, Mickaël est à la fois le premier événement étrange de cette année, mais aussi celui qui la bouclé.
Pour mon anniversaire, ma mère nous a fait la surprise de nous ramener à New-York. Je n'allais pas m'en plaindre, j'ai cru que j'allais finir par oublier ma langue natale à force de parler le français. La plupart du temps elle me demandait de me promener, de ne jamais rester à la maison. C'était la première fois que ma mère voulait presque me mettre à la porte. Avant elle semblait terrorisée à l'idée que je mette un pas dehors. Enfin Mickaël passait le plus clair de son temps avec moi. Et puis, sans un mot, il a totalement disparu. Ses parents ne me répondaient même plus au téléphone. Ma mère cherchait tout le temps à me consoler mais je ne comprenais rien à rien... Elle-même semblait épuisée, et sa paranoïa semblait croître de plus belle. Malgré ça elle me demandait toujours plus de sortir. Ce n'est qu'au bout de trois mois qu'il a refait surface. Aller savoir pourquoi, mon cœur me disait de courir vers lui, de le serrer très fort dans mes bras, pour s'assurer que ce n'était pas une hallucination. Pourtant à un mètre lui, je me stoppais net. Comme-ci un instinct de survie stupide me disait de rester en arrière.
Il était différent. Il était devenu comme ma mère et ses amis. Tellement éloigné de moi et quelque part j'aurais dû l'aimer plus. Ayant toujours détesté les gens humains se rapprochant le plus de moi... Pourtant j'étais pétrifiée, qu'était-il devenu ? Oui, cette question me parut bizarre moi-même, pourtant elle semblait si naturelle dans ma tête.
Lui-même semblait prendre ses distances, pourtant nous avons marché ensemble, plus ou moins l'un à côté de l'autre. Quand il ouvrit la bouche, au début aucun son ne sortait et puis il a fini par me prendre par la main. Pour la première fois depuis ce moment où je le retrouvais je me sentais de nouveau en sécurité, dans cette espèce de cocon familiale étrange dans lequel j'avais toujours baigné. Instinctivement je me suis jetée à son cou, le serrant fort contre moi.

« Tu m'as manqué... Tellement... »

Il semblait tellement crispé que ça en est devenu presque gênant. Mais la sensation de l'avoir à nouveau à mes côtés étaient tellement plus forte que cette gêne. Il a fait l'effort de me garder près de lui un long moment. Après ça il a pris une grande respiration, a déposé un baiser sur mon front mais s'est empressé de m'éloigner de lui. Il m'a regardé avec un sourire triste et il a fini par entreprendre de tout m'expliquer... à la façon de ma mère...

« Tu sais Laë... »

Il n'y avait vraiment que lui qui pouvait m’appeler par ce surnom stupide, ce que c'était moche.

« Ces trois derniers mois j'ai enfin pris conscience de tous ce que signifiait ces mystères. D'ailleurs c'est toi qui aurait dû le savoir... Pas moi. Mais disons que les choses ont pris une tournure... étrange. Pour ton tatouage, je sais que tu ne l'aimes pas, mais pour certaines personnes il a une signification... Je sais que ça ne veut rien dire pour toi, mais il te protège de certaines. Non excuse-moi, je voulais dire certains dangers. »

Aller savoir pourquoi je l'ai laissé parler sans chercher plus d'explications. La fatigue peut-être ? Quand quelqu'un ne rentre pas dans le vif du sujet, c'est qu'elle ne veut pas vous le révéler. C'est à ce moment qui faut se poser la bonne question : est-ce que je veux vraiment savoir ce que l'on me cache ? Alors que l'on me cache cette chose pour me protéger ? D'ordinaire j'aurais tout fait pour savoir. Mais mes souvenirs de ce moment restent flous. C'est comme si moi-même, ça m'était paru égal de savoir, pourtant ça ne me ressemble tellement pas...

Plus il essayait de me parler, plus son discours était confus. Ça aurait dû me fatiguer, j'aurais dû lui dire de se taire et partir. Pourtant je suis restée attentive, je dirais même passive. Il semblait plus ou moins dire qu'il avait la mission de me protéger. Entre-nous, vous ne trouvez pas ça ridicule ? Il me lâche sans raison pendant trois mois et après il ne veut plus me lâcher d'une semelle ?...
On a fini par rentrer ensemble. Une semaine était passé, c'est à ce moment que je me suis posée la question.

« Et tes parents ? Tu ne rentres pas depuis une semaine, tu ne veux pas leur passer un coup de fil ? »

Il est resté un moment interdit, et puis il m'a souri. De ce genre de sourire triste et mélancolique à glacer le sang. Je n'ai plus jamais voulu lui parler de ses parents après ça. Ce n'est pas que ça ne m'intéressait pas, mais cette fois-ci j'étais persuadée de ne pas vouloir savoir ce que cachais ce sourire.

***

D’un claquement vindicatif et injuste, je refermais ce vieux journal. Dix ans, dix ans étaient passés. Pourquoi avais-je été assez stupide pour ne pas continuer mes écrits ? Je n’en serais sans doute pas là aujourd’hui. Frôlant du bout des doigts mon tatouage dans mon cou, de lourds souvenirs me revenaient en mémoire. Ce loup et cette lune tribunal sur ma nuque seront rentrés dans ma chair à jamais. Il s’agit d’une idée de ma mère adoptive pour m’empêcher de connaître ma vraie nature, ainsi, je n’avais je n’aurais eu à souffrir de perdre ma magie. Elle avait l’intention de faire de moi un vampire. Par ailleurs, grâce à elle, cette magie me dépasse complètement, bien que le sort relié au tatouage ne soit plus qu’un mauvais souvenir depuis deux ans.

Ma mère est surement morte, en réalité, je n’en sais rien du tout… Quelques mois après, Michaël m’a demandé de faire la promesse de ne pas poser de questions et nous nous sommes réfugiés en Nouvelle Orléans. Nous étions mineurs et je voyais bien qu’il me cachait des choses. Un soir, j’ai aperçu ses crocs alors qu’il vidait une poche de sang. Il m’a laissé sur place. Voilà l’histoire, les deux seules personnes que j’aimais m’ont laissées tombées. Elles étaient des vampires et encore aujourd’hui, c’est avec cette espèce que je me sens le mieux. Tout simplement parce que j’ai toujours été élevée autour d’eux.

Je me suis rendue à Boston, totalement vidée, j’ai fait mes études de sociologies là-bas, tout en cherchant à connaître un peu mieux mon passé. Ce ne sera que bien plus tard que toute la vérité allait apparaître, petit bout par petit bout. Danger après danger. Mais l’histoire serait trop longue… En réalité, je suis bien new-yorkaise. Mais ma mère m’a volé à mes parents en France. Mon père était français et il pensait que ma famille serait plus en sécurité là-bas. Seulement il ne se méfiait pas des vampires. Je n’ai jamais su de quoi, mais je pense aujourd’hui qu’il s’agissait de son frère. Mon oncle qui a finalement réussi à me mettre la main dessus, malheureusement.

Il y a un peu plus de sept ans, j’ai eu un grave accident. Les médecins ont dit que j’avais dû essayer de me suicider. Je sais que c’est faux, mais je ne sais toujours pas pourquoi j’étais dans cet état. Mes deux poignés étaient tranchés, on m’avait abandonnée dans une rivière, là où je me vidais doucement de mon sang. C’était un miracle si j’étais encore en vie. Les médecins me pensaient perdus, c’est là que celui qui se prétendait mon sauveur est arrivé. Mon oncle, Andrew, je ne suis même pas sûr que ce soit son vrai prénom… Il disait lui-même aimer les noms de scènes. Il devait tellement avoir de mauvaises choses derrière lui.

Il m’expliqua pourquoi mes parents avaient perdus  la vie, à cause d’un vampire qui n’avait jamais pu être mère. Voilà, mon adoption avait été le fruit du double meurtre de mes parents, par celle qui les avaient tués. Mais je ne pouvais pas croire cet homme, j’exigeais même un test de parenté pour vérifier que l’on partageait bien un code génétique en commun. Malgré la confirmation et tout ce que je sais d’Angèle, la vampire, elle restera éternellement ma véritable mère. Aimer un monstre faisait peut-être de moi un monstre, mais ça m’était bien égal.

Aujourd’hui encore, j’ignore s’il me manque encore des souvenirs. Surtout des souvenirs de lui. Lui, qui avait prétendu s’appeler Elijah à notre première rencontre. Quoi qu’il en soit, les séquelles de mon accident fût directement portée sur ma mémoire. Mon oncle me recueillis et s’efforça de m’aider à retrouver mes souvenirs. Il ne m’avait pas revu après mes quatre ans affirmait-il. C’est lui qui m’appris que nous étions des sorciers. Je me souvenais alors vaguement que je cherchais un certain Klaus qui aurait peut-être pu trouver une solution pour faire retirer ce sceau sur mon cou. Mon oncle s’en chargea. Il commença à faire mon apprentissage et tenait absolument à ce que je respecte certaines règles. Il ne fallait pas que je tombe amoureuse, ce qu’il m’enseignait n’était pas de la bonne magie. J’acquiesçais seulement parce que je voulais être plus forte et que je pensais n’avoir jamais croisé un homme qui méritait mon attention. Je me trompais. On m’avait retiré les souvenirs de cet homme. Le tout avec un mensonge, affirmait Andrew, c’est de dire juste ce qu’il faut de vérité avec. Il n’avait pas de raisons de me mentir sur mon enfance après tout. J’avais été abandonnée tellement de fois que je ne risquais pas de chercher une personne du passé.

Alors que je commençais à comprendre comment faire mourir et faire revenir à la vie une simple fleur, un passant dans la rue me proposa un simple donut pour tenter d’ouvrir la conversation. Quelque chose en moi se réveilla soudainement. « Je m’appelle Elijah. » Ce sont ces mots qui ont retentit et le souvenir d’un baiser. Pas d’un baiser sans lendemain. Un baiser qui semblait être la marque d’une promesse muette que l’homme ne pouvait se permettre de dire à haute voix, parce qu’il ne se rendait pas compte de ses propres sentiments. Comme je ne me rendais pas compte des miens. Il fallait que je le retrouve et j’affrontais ainsi donc mon oncle. D’un regard qui ne cillait pas, il m’avoua qu’il était au courant de ce pan de mon passé. C’était d’ailleurs de la faute d’Elijah qui avait voulu se débarrasser de moi. La photo qu’il me donna de l’homme me laissa froide. Ce qui était tout à fait normal. L’homme sur la photo était Elijah. L’homme que j’aimais m’avait dupé le soir de notre rencontre, il m’avait mordu et je ne l’avais pas du tout apprécié à notre première rencontre. En fait si, mais il faut être malade pour réaliser que j’en étais déjà tombée amoureuse.

Andrew me demandait des sorts qui me semblaient de moins en moins moral vu les forces dans lesquels ils semblaient devoir puiser. Il me cachait quelque chose. Je le sentais maintenant, j’avais été amoureuse. Peu importe que cet homme ait voulu se débarrasser de moi. Je devais comprendre, je devais savoir. Le danger n’était pas ce qui m’arrêtait. Alors, dans tous les grimoires à disposition, je décidais de lancer un sort dont je n’avais pas la maitrise. Un sort qui rend les souvenirs oubliés. Cela faisait à peu près deux ans que je vivais avec lui. Je sentais bien qu’il m’enseignait vraiment la magie, mais tout en puisant à ma source pour les siens. Je ne savais pas ce qu’il faisait, mais rien de bon visiblement. J’étais longtemps restée perdue, il était temps que je m’échappe de son contrôle.

Le sort fût réussi et tous mes souvenirs me revinrent, en tout cas la plupart des moments avec cet homme. Les deux mois avant l’accident étaient scellés par une magie puissante. Kol. Son vrai prénom était Kol et la première fois qui me le donna, on aurait dit que cela lui faisait mal comme de s’arracher la peau de me le confier. Pourtant je n’étais qu’une humaine insignifiante. Il y avait eu des disputes, mais j’avais toujours eu l’espoir qu’il m’aime. Voilà ce que j’en ressortais. Jamais il ne m’aurait tué. Ou il aurait été plus malin dans sa tentative. Je voulais débloquer ce qui restait dans l’ombre, mais tout ce que je parvins à faire en essayant de passer sous ce charme plus puissant, ce fût de brûler ma main gauche. Cela ne fait que quelques jours que je sais que cela peut se résoudre avec une personne qui connaît le contre sort, mais en attendant, je cache ma main avec un gant blanc ou d’une autre couleur selon les circonstances.

Mon prétendu sauveur affirma qu’il n’était pour rien dans l’oubli de mes derniers souvenirs. Il m’épaula même en me montrant de prétendues images actuelles de Kol éperdument amoureux d’une certaine Davina. L’amour n’est qu’une faiblesse, répéta-t-il. Il fallait que je cesse. Après ce jour, ces images me rongeaient. Il ne m’avait jamais vraiment aimé ? C’était donc à sens unique ? Fallait-il que je tente de le revoir ?... Non était la bonne réponse. Mais il était temps de disparaitre une nouvelle fois. Pour me punir de ne pas avoir voulu attendre que mes souvenirs reviennent d’eux-mêmes, Andrew me laissa avec ma main brûlée. Mais le mauvais sort commençait à manger petit à petit mon bras. A quoi jouait-il ? Mon oncle n’était décidément pas une personne en qui je pouvais placer ma confiance.

J’entrepris des recherches. Cela fait maintenant deux mois que j’essaie un sort simple pour cacher ma présence aux autres sorciers pour que Andrew ne me retrouve pas. Il existe une école à Mystic Falls. Je n’avais seulement pas fait attention à l’âge pour rentrer dans l’école. J’étais bien trop vieille. Je prétendis à l’entrée que je me renseignais pour un proche. C’est avec les papiers que l’on me donna que je me rendis compte que je n’étais pas éligible. Je décidais malgré tout de m’installer le temps de me retourner. Peut-être que retourner en France comme mes parents biologiques seraient la solution ? En attendant, je me faisais discrète et trouvait un simple travail qui ne me mettait surtout pas en avant. Je trouverais une solution pour mon bras et je serais bien obligée de me faire une raison. Le seul homme que j’aime et en qui j’ai confiance en aime une autre. Finalement, mon histoire est bien commune à n’importe quelle femme. Je me sentais pathétique. Pathétique avec un bras rongé par un sort. La femme parfaite, n’est-ce pas ? Ou une pâtisserie qui a perdu son sucre glace ?...


IRL


Ton pseudo/prénom › Mira/Marie
Ton âge › 27 ans... Olala dur
Comment as tu découvert le forum ? › Klaus & Kol (merci d'avoir réservé Jennifer Lawrence   )
T'en pense quoi › Qu'il était temps d'avoir de nouveau un forum TVD/TO qui soit bien et qui tienne debout !
Tu as un DC ? › Nope
Quelque chose à ajouter ? › Qui veut un donut ?  

©️️ VANKA
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kol Mikaelson

Vampire Originel
Messages : 37
Date d'inscription : 05/06/2018
Localisation : Bien plus haut que toi.
Mer 6 Juin - 2:39
Coucou toi... Comment ça va, toi... Bienvenue ici, toi... Je me présente... Elijah.

Moi je veux un donut ! En fait... Mon Donut.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laëtitia Moonrise

Witch
Messages : 22
Date d'inscription : 06/06/2018
Mer 6 Juin - 4:31
Ce sont les femmes normalement qui changent de prénom après une rencontre avec un homme qu'elle ne compte pas rappeler.

*lui donne un mini-elle au chocolat* Voilà un vrai donut
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kol Mikaelson

Vampire Originel
Messages : 37
Date d'inscription : 05/06/2018
Localisation : Bien plus haut que toi.
Mer 6 Juin - 4:34
Il n'y a pas beaucoup d'Elijah en ville... Tu m'aurais facilement retrouvé de toute façon.

*le pose sur le dessus de sa cheminée en oubliant qu'il va fondre lorsqu'il fera un feu*
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Eden Anderson

Hunter
Messages : 70
Date d'inscription : 21/05/2018
Mer 6 Juin - 5:46
Bienvenue parmi nous ! I love you
Super choix de vava ! **
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Caroline Salvatore

Administratrice
Messages : 229
Date d'inscription : 12/05/2018
Localisation : Dans son bureau ou dans les couloirs de l'école
Mer 6 Juin - 8:12
Bienvenue par ici avec ce choix de vava
J'aime beaucoup ton histoire
Voir le profil de l'utilisateur



           
The two greatest success in my life ❧

         


Caroline Salvatore:
 
avatar

Invité

Invité
Mer 6 Juin - 11:33
Bienvenue parmi nous avec ce super choix de célébrité. Jennifer est vraiment magnifique, j'approuve de fou ton choix. Je te souhaite bonne chance pour ta fiche même si elle est terminée. Si tu as besoin de quoi que ce soit, ma boite MP est grande ouverte.
avatar

Hope Mikaelson

Fondatrice
Messages : 346
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Surement en compagnie de ses amis ou de sa famille.
Mer 6 Juin - 11:51
Bienvenue avec cette jolie sorcière.
Je vois que tu as déjà fini, on s'en occupe rapidement.

N'hésite pas si besoin.
Voir le profil de l'utilisateur


My name is Hope Mikaelson. My grandmother practically invented dark magic. My mom is the Crescent Alpha, and my dad is Klaus Mikaelson.

by anaëlle.

+++:
 
avatar

Invité

Invité
Mer 6 Juin - 11:57
Bienvenue parmis nous <3
avatar

Invité

Invité
Mer 6 Juin - 12:13
Qu'elle histoire de fou que tu nous a écris la. Ta pauvre Laëtitia à vraiment vécue l'enfer la pauvre. En tout cas j'adore ta plume. Cela fait plaisir de se recroiser sur un forum. Je ne sais pas si tu te souviens de moi, mais si je te dis Antonio ? En bref... je te souhaite bon jeu parmi nous ma belle.




Citoyen de Mysticfalls
et de la Nouvelle-Orléans

Validation par la mairie.

Bienvenue Invité






V
ous faite officiellement partie de notre grande aventure et même si vous n'êtes pas admis dans l'école l'extérieur vous réserve encore bien des surprises. Pensez à vous recenser dans les registres de la ville ci-joint. Et à vous trouver un logement si vous n'en avez pas.


L'année risque d'être longue et mouvementé il faut vous préparer. Mais vous avez l'habitude n'est-ce pas ?


Je vous surveille, faite attention.




The Raven,
Celui qui voit tout.
©️️ sobade.


avatar

Klaus Mikaelson

Hybrid Originel
Messages : 74
Date d'inscription : 13/05/2018
Mer 6 Juin - 13:01
Hey, bienvenue parmi nous! ça faisait longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de lire tes lignes Je suis sûr que tu te plairas ici.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité
Mer 6 Juin - 15:11
Bienvenuuuuue à toi ! Quel bel avatar que voilà ! Hâte de voir où va mener ton histoire et peut-être pourrions-nous se trouver un lien ensemble !!

Par ailleurs @Aiden Hunter je crois que tu as rebaptisé la blondinette avec le patronyme d'une chinoise !
avatar

Laëtitia Moonrise

Witch
Messages : 22
Date d'inscription : 06/06/2018
Jeu 7 Juin - 0:16
Merci beaucoup à tout le monde !!

Oh Caroline tu as lu, c'est trop gentil

Aiden, tu peux me resituer en mp peut-être ? J'avoue que j'ai plus ou moins quitté le rp malgré moi avec mon travail actuel et que je projette même de changer sous peu

Klaus, je te harcèlerais affectueusement pour avoir un rp

En tout cas merci encore à tous pour cet accueil
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: