AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
De nombreux personnages importants sont toujours disponibles ! PV et scénarios sont attendus, n'hésitez pas !

Partagez

The greatest gift of life is friendship • Elena

Camille O'Connell

Camille O'Connell

Human
Messages : 273
Date d'inscription : 10/07/2018
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Dim 23 Sep - 15:22

The greatest gift of life is friendship.
La vie est un drôle de cours d’eau tantôt tumultueux, tantôt calme. On peut s’y sentir agité de toute part pris au piège de ses flots ou au contraire bercé par ses flots reposants. J’étais surprise de pouvoir sentir le sol sous mes pieds après des années dans les limbes. Je me sentais pourtant assez désemparée concernant mes émotions par rapport à tout ce qui s’était produit de mouvementé dans mon existence. Je ne m’attendais pas une seule seconde à un jour découvrir que je n’étais pas la seule à passer par ce genre de péripéties. Découvrir qu’une autre jeune femme partageait le même genre de vécu que le mien m’avait profondément bouleversée. J’avais ressenti un profond apaisement alors qu’enfin, quelqu’un pourrait comprendre ce que je ressentais. Pouvoir partager les moments les plus éprouvants de mon existence m’avait poussée à me lier avec cette douce personne. J’avais découvert une personne que j’appréciais énormément. Lentement mais sûrement, les liens s’étaient tissés, toujours plus forts et aujourd’hui, Elena était une amie intime et précieuse avec qui je me sentais suffisamment à l’aise pour tout partager avec elle. Je regarde le message qui s’affiche sur mon téléphone. « Coucou. Ça te tente de venir prendre un café aujourd’hui vers 16h ? »

15h45. Je suis légèrement en avance et j’hésite mais je finis par m’avancer vers la porte. Je frappe doucement à la porte attendant en me triturant un peu les doigts. Je suis toujours un peu anxieuse à l’idée de croiser Damon. Je ne sais jamais très bien comment me comporter face à lui. Je connais son passé et même si l’humanité semble l’avoir métamorphosé, je suis toujours un peu méfiante. Je suis soulagée que ce soit Elena qui m’accueille et je m’installe doucement. Je regarde autour de moi avant de sourire doucement. « Je suis contente de te voir. Ça faisait un moment qu’on n’avait pas papoté toutes les deux. » Je prends le temps de regarder autour de moi avant de sonder le regard de mon amie. Je ne peux pas le garantir mais j’ai la vague sensation qu’elle est soucieuse. Je demande timidement ne voulant surtout pas la brusquer. « Tu sembles un peu songeuse… Quelque chose te tracasse ? Un souci entre Damon et toi ? Il s’est passé quelque chose ? » C’est plus fort que moi, je m’inquiète.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Voir le profil de l'utilisateur
Aloïs Hunter

Aloïs Hunter

Brotherhood of the five
Messages : 254
Date d'inscription : 21/05/2018
Localisation : Peut-être derrière toi ?
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Dim 7 Oct - 15:37

The greatest gift of the life is friendship.





Attablée à la table de cuisine dans ta maison, tu sirotes doucement ton café d’un air absent. Aujourd’hui, tu as fermé le cabinet et tu as donné sa journée à Zoey. Non pas que tu ne veux pas travailler. Simplement, tu as les idées qui tournent en boucle dans ton esprit. Tu t’inquiètes pour Océane. Et si tu venais à travailler, ça serait une erreur totale. Parce que tu ne serais pas assez concentré. E puis même, tu as besoin d’un peu de repos, en sachant que tu travailles même les samedis et parfois les dimanches. Même si tu sais que c’est Caroline, ton amie de toujours, qui est la directrice de l’école, tu ne peux t’empêcher de t’inquiéter pour ta fille. Après tout, elle a seulement onze ans et ça reste ton bébé. Ta petite princesse que tu as mise au monde et que tu as vu grandir. Alors oui, c’est compliqué pour toi, même si elle est entourée par certains membres de sa famille et de certains de tes amis. Mais tu n’oses pas faire part de tes craintes à ton mari, parce qu’il va te répondre que là-bas, Océane est en parfaite sécurité. Mais tu as comme des doutes, pour une raison que tu ignores. Comme si une voix au plus profond de toi-même te disait que quelque chose n’allait pas.

En ayant marre de tourner en rond, ton plaid sur les épaules et ta tasse de café à la main, tu finis par attraper ton téléphone. Tu ne supportes plus de ruminer ainsi dans ton coin. Tu as besoin de te changer les idées. Aussi, tu tapes rapidement un message à Camille, lui demandant si ça l’intéresse de venir passer boire un café d’ici une petite heure. Le temps pour toi de te rendre un peu plus présentable. Filant à la douche, tu finis par enfiler un jean et un pull, quand tu entends frapper à la porte. Regardant rapidement le réveil, tu vois que Camille a un quart d’heure d’avance. Mais ça ne te dérange pas. Te dépêchant de descendre, tu vas rapidement lui ouvrir avant de la faire entrer chez toi. Lui faisant signe de te suivre, tu l’emmènes avec toi vers le salon et tu lui fais signe de s’asseoir, alors que tu en fais de même. Lui rendant son sourire, tu hoches positivement la tête. « Je suis d’accord. Ca fait bien trop longtemps qu’on ne s’était pas vues. » Mais tu ne peux t’empêcher de penser encore et toujours à Océane. C’est plus fort que toi. Et ça ne semble échapper au regard attentif de ton amie, qui te demande immédiatement s’il y a un problème. Haussant les épaules, tu soupires lourdement. « Hum … Non avec Damon tout va bien. Je m’inquiète pour Océane … C’est idiot je sais bien mais … elle est entourée de vampires et autres, et elle est humaine. Et je sais pas, je la trouve petite tu vois aussi et … » Et t’es complètement idiote. Souriant avec un petit rire nerveux, tu te relèves et fixes Camille. « Enfin je sais que c’est idiot. Tu veux boire quelque chose ? »

Voir le profil de l'utilisateur
Camille O'Connell

Camille O'Connell

Human
Messages : 273
Date d'inscription : 10/07/2018
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Dim 4 Nov - 0:18

The greatest gift of life is friendship.
Trop longtemps. C’est peu dire. Cela me semble faire une éternité que l’on ne s’est pas vues elle et moi. Je ne peux pas nier que c’est essentiellement de ma faute. Je n’ai pas été très disponible et je le regrette car j’ai peur d’avoir raté quelque chose. J’ai besoin d’être présente pour les quelques personnes qui comptent pour moi. Si je n’arrive pas à garder une amie, comment puis-je simplement espérer convaincre le monde de mon utilité. Sincèrement repentante, je prononce ces quelques mots. « Je dois avouer que dernièrement, je cours un peu après le temps. J’ai parfois un peu de mal à m’habituer à tous ces changements dans ma vie entre être revenue à la vie, la recherche de mon identité, mes nouvelles fonctions à l’école et d’avoir revu Klaus. Mais maintenant, je commence doucement à y voir plus clair et j’avais besoin de te retrouver. » Mais je ne m’attarde pas sur le sujet. Je ne suis pas là pour m’apitoyer sur mon propre sort surtout quand je perçois le stress d’Elena. Je m’inquiète pour les autres. L’empathie n’est pas le premier sentiment qui m’a poussé à étudier la psychologie. C’est davantage ce besoin de comprendre les maux de l’esprit, ceux-là même qui avaient contaminé mon frère. Mais ma tendance à faire mienne la douleur des autres me confirme au quotidien que j’ai choisi la bonne voie. Mais parfois, c’est difficile de quitter mon rôle de psy pour me contenter d’être une amie. C’est une déformation professionnelle qui me perturbe au plus haut point. Mais parfois, dans des moments comme maintenant, je suis soulagée de pouvoir écouter mon instinct de psychologue et percevoir ce qui contrarie mon amie au premier regard. Je me calle un peu plus dans le canapé avant de regarder Elena un sourire bienveillant flottant sur mes lèvres.

« Océane ? Ce n’est pas du tout idiot que tu t’inquiètes. Je peux comprendre que ça fait peur de la savoir entourée de toutes ces personnes aux dons surnaturels. Mais je pourrais garder un œil sur elle. Ça pourrait te rassurer ? Je sais que je n’ai pas grande influence mais elle est bien entourée tu sais ? » Je suis surprise de découvrir que la source des angoisses de mon amie est cette petite merveille qu’est Océane. J’ai rarement vu une petite fille aussi adorable, polie, bienveillante et forte. Elle a réussi à s’adapter à l’école, aussi suis-je surprise qu’Elena s’inquiète pour elle. Je la laisse se lever lui laissant le temps. Je hoche lentement la tête à sa question. « Je veux bien une tasse de café. » Je la laisse aller un peu perdue dans mes pensées. Je dois avouer que si je suis surprise, d’un autre côté, je la comprends totalement. Je crois que c’est l’instinct d’une mère de s’en faire pour son enfant. Je prends la tasse de café en prenant une gorgée avant de poursuivre la voix très douce. « Tu sais concernant Océane… Elle est très jeune c’est vrai et elle est si douce qu’elle en parait fragile. Mais elle tient de toi, de Damon et elle ne se laisse pas faire. Mais ça doit être dur de ne pas pouvoir lui parler tous les jours. Je pourrais t’appeler chaque soir pour te dire comment a été ta journée, tu en penses quoi ? » Je ne pense pas qu’elle désire par là surveiller sa fille mais elle a besoin d’être rassurée. Je ne crois pas que l’on puisse dire qu’Elena est une maman surprotectrice mais quand on a conscience des dangers du monde, il est impossible de faire autrement. Jamais je ne laisserai ma fille explorer le monde sans mourir de peur, enfin si un jour, j’en ai une. Je crois que j’aurai bien trop peur qu’un danger ne lui tombe dessus par surprise, qu’elle fasse une mauvaise rencontre. Je comprends tellement Elena. « Tu sais que je ne te jugerai jamais donc sens toi libre de m’expliquer toutes tes craintes. » Je viens doucement serrer sa main, avec bienveillance.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Voir le profil de l'utilisateur
Aloïs Hunter

Aloïs Hunter

Brotherhood of the five
Messages : 254
Date d'inscription : 21/05/2018
Localisation : Peut-être derrière toi ?
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Sam 17 Nov - 9:18

The greatest gift of the life is friendship.





Cela fait un petit moment que tu n’as pas vu Camille. Non pas que tu n’en avais pas envie. Simplement, les jours défilent et tu t’es retrouvée rapidement débordée. Surtout qu’en ce moment, tu n’as pas forcément le moral au top, car tu penses un peu trop à ta fille. Elle te manque certes, mais c’est surtout l’inquiétude qui ronge ton esprit. Mais tu tentes pourtant de te changer les esprits quand tu as ton amie face à toi. Hochant la tête face à sa réponse, tu lui souris doucement. « Je suis contente pour toi alors, si tout va au mieux. Mais oui, ça fait du bien de se retrouver après tout ce temps. » Parce qu’avec Camille, vous vous entendez très bien. Surtout que vous avez un point commun : vous êtes toutes les deux passaient de vampire à humain. Aussi, elle te comprend beaucoup là-dessus, même si c’est également le cas de ton mari. Mais malgré le fait que tu tentes de cacher tes sombres idées, ton amie n’est pas dupe et voit clairement qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Mais c’est plus fort que toi de penser à ta petite fille. C’est ton bébé. Alors tu expliques clairement à Camille que ce n’est rien, juste que tu t’inquiètes pour ta fille même si c’est idiot. Changeant donc de sujet, tu lui demandes si elle veut boire quelque chose. Au moins, ça t’évite de parler trop d’Océane et d’avoir le cœur qui se serre dès que tu prononces son prénom.

Haussant les épaules, tu soupires tout en te passant une main sur le visage. Puis tu finis par hocher la tête malgré tout positivement. « Si ça te dérange pas, je veux bien. Je sais qu’elle est bien entourée, mais je ne peux m’empêcher de m’inquiéter. C’est plus fort que moi … » Te levant, tu attends patiemment la réponse de Camille, avant de te diriger vers la cuisine. Attrapant le thermos, tu sers une tasse pour ton amie et une pour toi. Attrapant la boîte de sucre que tu calles sous ton bras, ainsi que deux cuillères, tu retournes vers le salon. Posant les tasses et tout ce que tu as dans les mains sur la table, tu reprends ensuite ta place en face de la blonde. « Tiens. » Attrapant ta propre tasse, tu en prends une gorgée tout en écoutant ton amie. La proposition de Camille n’est pas mauvaise. Mais dans le fond, quelque chose te dérange. Parce que tu crains qu’Océane est l’impression que tu sois trop sur son dos, si jamais elle venait à le découvrir. Prenant encore quelques instants de réflexion, tu finis par soupirer tout en posant ta tasse sur ton genou, la maintenant d’une main. « J’aime beaucoup ton idée mais … j’ai peur qu’Océane m’en veuille après. Tu vois, que je sois trop une mère poule à ses yeux. Et puis, je sais qu’il y a Caro aussi qui veille sur elle. Mais c’est compliqué … » Reprenant une gorgée de café, tu as du mal à mettre des mots sur tes pensées. Soupirant de nouveau, tu plantes ton regard ensuite dans celui de ton amie. « Elle n’a que onze ans. Elle a déjà été attaquée par des vampires et c’est pour ça qu’avec Damon, on a accepté qu’elle aille à l’école. Mais parfois, je me demande si c’est vraiment la bonne solution … Après tout, elle se lie d’amitié avec des gens qui ne vieilliront pas. Pour Damon et moi, c’est simple et on a l’habitude. Mais pour elle … J’ai peur qu’elle se retrouve seule, tu vois ? »

Voir le profil de l'utilisateur
Camille O'Connell

Camille O'Connell

Human
Messages : 273
Date d'inscription : 10/07/2018
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Mer 21 Nov - 15:07

The greatest gift of life is friendship.
Il était tellement difficile d’être une humaine dans un monde de créatures surnaturelles. Cela nous rendait vulnérable, des proies faciles. Je pouvais imaginer ce que devait ressentir Océane sauf que la petite n’avait que onze ans et cela devait encore plus la perturber. Je me demandais ce qu’elle ressentait de se sentir tellement normale alors qu’elle était entourée d’être aux capacités particulières. Je m’étais souvent interrogée sur le risque qu’un jour, elle fasse en sorte de devenir comme eux. Elle pourrait vouloir par exemple se transformer en vampire. Je n’imaginais pas la terreur que ressentirait Elena à cette perspective. Elle en avait souffert et elle avait payé le prix pour redevenir humaine. Je savais aussi combien l’humanité était précieuse mais la tentation forte. Plus d’une fois depuis mon retour, j’avais envisagé de provoquer le destin pour redevenir vampire. Mais je chassais rapidement cette idée saugrenue, je me raisonnais moi-même. Parfois, je me disais que j’aurais moi-même besoin de consulter un psychologue pour m’assister dans le passage de ce traumatisme. Ce n’était qu’une période de transition mais cela finirait par aller. Là ce n’était pas le moment de m’apitoyer sur mon propre sort. J’avais besoin de m’ouvrir au monde et cela passait par me soucier de ce qui tracasse mon amie, celle qui me comprend le mieux dans cette crise existentielle. Son inquiétude maternelle me force à sourire. Je sais que tout ira bien pour Océane car elle est bien entourée. Elle a la chance qu’elle ne sera jamais seule pour affronter ce monde autour d’elle. Je pose doucement ma main sur celle d’Elena. « Je garderai un œil sur elle. Rien ne peut lui arriver car elle aura toujours quelqu’un pour veiller sur elle. Elle ne sera jamais seule pour affronter ses peurs. Une personne de plus pour veiller sur elle ne peut pas faire grand mal. »

Je repense à mon idée de faire un briefing des journées de sa fille à Elena et je dois avouer que ce n’est pas la plus brillante idée. Tant qu’Océane en ignore tout, cela ne posera pas de problème mais si elle l’apprend… alors ça pourrait faire mal. « J’avoue que si elle l’apprend, elle risque de croire que tu ne lui fais pas confiance. Je peux t’assurer qu’Océane se débrouille bien mieux que tu ne peux le croire. Elle fait preuve d’une maturité qui parfois me surprend. Mais quand tu es trop angoissée, tu pourrais m’appeler, seulement dans ces moments-là. Au fait, je me demandais… est-elle au courant de tout ce qui a pu se passer ? Elle sait que vous étiez des vampires ? Elle connait l’histoire des doubles ? Il ne faudrait pas qu’elle l’apprenne par hasard, elle risquerait de le vivre mal. » Je l’écoute ensuite me parler de sa peur de la voir se retrouver seule. C’est le risque à côtoyer des créatures surnaturelles mais je dirais que ce serait encore pire dans l’autre sens. Je crois que l’amitié peut aisément dépasser cette frontière qui existe. « Parfois, c’est difficile de comprendre comment l’amitié entre créatures est surprenante. C’est vrai qu’elle va vieillir alors que certains de ses amis ne le feront pas. Mais elle est aussi amie avec des sorciers et des loups garous. Puis sincèrement, même si le corps ne vieillit pas, l’âme elle continue à prendre de l’âge. Elle devra simplement apprendre à s’en foutre de ce que pensent les autres même si son cercle d’amis est plus jeune qu’elle. » Mais au fond, est-ce que la petite arrivera à trouver le bonheur en étant celle qui est différente. Parfois, c’est bien d’être différent mais dans d’autres moments, c’est important de pouvoir retrouver des personnes qui nous ressemblent, à qui on peut s’identifier. Je hausse un peu les épaules avant d’ajouter. « En fait, c’est important qu’elle puisse avoir des amis qui sont comme elle, des humains. Tu pourrais lui proposer de s’inscrire à un club de danse par exemple ? Elle y tisserait des liens en dehors de cet univers ainsi elle n’aurait pas à se retrouver seule. Elle est encore jeune, elle est capable de s’adapter à tout. »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Voir le profil de l'utilisateur
Aloïs Hunter

Aloïs Hunter

Brotherhood of the five
Messages : 254
Date d'inscription : 21/05/2018
Localisation : Peut-être derrière toi ?
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Sam 24 Nov - 11:31

The greatest gift of the life is friendship.





Tu sais bien que t’inquiéter pour Océane ne mènera à rien. Surtout que Caroline est la directrice de l’école et que par conséquent, elle sera immédiatement au courant s’il y a un problème. Et tu sais qu’elle te préviendra en tant que meilleure amie, mais aussi en tant que responsable de la pension Salvatore. Mais tu sais qu’il n’y a pas de raison pour qu’il y ait un problème. Sauf que tu t’inquiètes, car c’est ta fille, la prunelle de tes yeux, ta chair, ton sang. C’est ton bébé qui a maintenant onze ans, mais qui reste malgré tout ton bébé que tu as porté pendant neuf mois. Alors c’est sûr que quand Camille te propose de garder un œil sur ta fille, tu ne peux t’empêcher d’accepter. Parce que tu fais confiance à tes amies et ça te rassure de savoir que ta fille aura une personne de plus pour veiller sur elle. Et tu te doutes que Camille saura rester discrète pour qu’Océane ne se doute de rien, ce qui te fait du bien intérieurement. Hochant la tête pour approuver les dires de la blonde, tu lui lances un petit sourire crispé malgré tout. « Oui ça ne lui fera pas de mal, même si je sais qu’elle a toujours du monde pour veiller sur elle. Mais une personne en plus, c’est toujours bon à prendre. »

Puis vient l’idée de Camille. Dans le fond, l’idée n’est pas mauvaise. Mais il ne faut pas qu’Océane l’apprenne, sous aucun prétexte, sans quoi, elle t’en voudra c’est certain. Elle n’a beau avoir que onze ans, ta petite princesse a déjà un caractère bien trempé et déterminé. Et c’est pour ça que tu sais qu’il ne faut pas qu’elle apprenne que tu demandes à ce qu’on veille sur elle de loin, sinon, elle pensera que tu ne lui fais pas confiance, ce qui n’est pas le cas. Tu lui fais confiance, tu as simplement peur pour elle. Ecoutant la réponse de Camille, tu hausses les épaules, en soupirant lourdement. « Je sais qu’elle est mature pour son âge. Mais bon … Et elle est au courant de ce qu’elle doit savoir. On n’est jamais réellement rentrés dans les détails avec Damon, mais elle sait en gros tout ce qui s’est passé pour nous oui. On n’a pas voulu lui mentir, ni lui cacher ses origines. Après tout, ça fait partie de notre vie, elle avait le droit de savoir. » Reprenant, tu expliques ensuite à Camille la peur que tu ressens pour Océane, vis-à-vis des amis qu’elle se fait. Tu as peur qu’elle ne puisse pas supporter de vieillir, alors que ses amis pour beaucoup, ne le feront jamais. C’est sûr que c’est encore loin, mais tu ne cesses de t’en inquiéter, en pensant à l’avenir. Parce que tu as bien conscience, qu’un jour ou l’autre, elle quittera la maison mais ses amis seront toujours aussi jeune, contrairement à elle. Hochant la tête. « Je sais ça, Camille. Mais justement, arrivera-t-elle à passer au-dessus des dires des gens ? C’est le plus compliqué. Et c’est ça qui m’inquiète. Parce que même si elle réussit, elle sera toujours blessée au fond de vieillir, de changer physiquement, alors que certains de ses amis ne le feront pas. Même si comme tu le dis, elle côtoie des sorciers et loups. Mais il n’empêche qu’elle reste humaine, là où les autres, ont des pouvoirs fantastiques. » Ecoutant la suite tout en buvant une gorgée de ta boisson chaude, tu soupires en secouant négativement la tête. Tu as déjà eu cette idée, tu en as parlé, mais la réponse de ta fille a été catégorique. « Non, elle ne veut pas. Et je ne vais pas la forcer à faire une activité, si elle ne veut pas. »

Voir le profil de l'utilisateur
Camille O'Connell

Camille O'Connell

Human
Messages : 273
Date d'inscription : 10/07/2018
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Mer 5 Déc - 23:11

The greatest gift of life is friendship.
La détresse d’Elena me touche. Je me demande comment je vivrais les choses à sa place. J’ai beau avoir un discours parfaitement sensé en vue de la rassurer, à sa place, je serais totalement paniquée. Je ne peux dans le fond que la comprendre et tenter de la soutenir du mieux que je le peux. Je suis soulagée de savoir que la petite n’ignore pas ce qui a été la vie de ses parents, ça aurait été difficile de s’assurer que ça ne lui explose pas au visage comme une bombe à retardement. « Vous avez eu raison de lui en parler avant qu’elle ne risque de l’apprendre par une autre personne. A votre manière, vous êtes devenus des sortes de légendes dans le monde surnaturel. Deux anciens vampires redevenus humains qui ont un enfant, ça a de quoi faire jaser. Ça lui aurait fait du mal de découvrir votre histoire de cette manière. » On parlait d’eux à l’école. Les élèves en étaient curieux car certains vivaient assez mal leur transition toute récente. Eux aussi auraient aimé avoir accès à un remède. Je regrettais parfois qu’il n’en existe pas pour tout le monde. Je soupire consciente de l’âge ingrat dans lequel Océane allait entrer. « Tu sais… ce n’est jamais facile de dépasser l’opinion des autres. Elle n’y arrivera pas toujours et c’est normal. C’est de son âge aussi. L’opinion des autres prend beaucoup plus d’importance. Mais c’est dans l’adversité que l’on se construit, que l’on s’enrichit. Elle y arrivera car elle a tellement de personnes autour d’elle qui sont là pour l’écouter et la guider. Elle apprendra la richesse d’être humaine, ce que ça recèle dans son cœur. Et qui de mieux que vous ses parents pour le lui montrer ? Tu as tenu à redevenir humaine et pourtant tu en avais le choix. Parle-lui de combien ça peut être difficile avec ou sans pouvoir de faire face dans la vie… car au fond, ce n’est jamais évident pour aucun de nous. »

Au fond, peu importe la race, les crises existentielles nous concernaient tous. Elle ne pourrait pas en protéger sa petite merveille car c’était le propre de la nature humaine. Il y aurait des moments de doute mais l’important c’était de ne jamais devoir y faire face dans la solitude. Tant qu’elle savait qu’elle avait des proches à qui se confier, elle avait toutes les chances de dépasser ces moments d’égarement sans se perdre elle-même. Ma voix se fait quelque peu nostalgique quand je murmure. « Parfois, je regrette de n’être qu’une humaine mais souvent, je me rends compte que ça rend mon âme plus belle car justement je suis humaine. Elle doit prendre conscience de ce qu’elle a comme potentiel. » Nous étions tous différents sur cette terre. Aucun de nous n’était semblable à un autre. Cette différence faisait toute la richesse de notre espèce, de toutes les espèces confondues. Elle devrait découvrir ce qu’elle avait à leur apporter et ça viendrait. Je grimace un peu car j’espérais que mon idée soit la bonne. Je ne suis que moyennement surprise que la petite ait refusé. C’est bien dans son tempérament de ne pas adhérer à un tel projet. C’est dommage car ça aurait pu être bien. « Non tu as raison… La forcer ne ferait que la bloquer. C’était juste une idée comme ça. » Je pose finalement ma tasse que je viens de vider. Je viens doucement prendre la main d’Elena dans la mienne pour la serrer doucement. Je lui offre mon plus beau sourire. Personne ne savait de quoi demain serait fait donc à quoi cela servait d’angoisser par avance. Cela ne faisait que compliquer la vie. « Elena, je sais que c’est difficile mais si tu essayais d’avoir confiance en elle… et laisser l’avenir te montrer si tu avais raison ou non de t’inquiéter ? Je sais que ce n’est pas facile de lutter mais si tu te rends malade, tu n’arriveras pas à profiter des bons moments avec elle… Et appelle-moi quand c’est trop dur de lutter contre l’angoisse… »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Voir le profil de l'utilisateur
Aloïs Hunter

Aloïs Hunter

Brotherhood of the five
Messages : 254
Date d'inscription : 21/05/2018
Localisation : Peut-être derrière toi ?
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Dim 30 Déc - 21:43

The greatest gift of the life is friendship.





Parler avec Camille te fait du bien dans un certain sens. Parce que tu vois que tu n’es pas seule et surtout, tu apprécies que la jeune-femme ne te juge pas. Parce que certains se moqueraient de l’inquiétude qui te ronge de l’intérieur, dès que tu songes à ta petite princesse. Mais pas Camille. Après tout, la blonde comprend également ce que tu as vécu par le passé, car les vôtres se ressemblent plus que de raison. Alors quand elle te demande si tu as parlé à Océane de ton passé et celui de Damon, tu lui dis la vérité. Vous lui en avez parlé. Mais c’est vrai vous n’êtes jamais entrés dans les détails. Après tout, tu la trouves un peu jeune pour connaître toute l’histoire dans les détails, surtout les plus sordides. Hochant la tête, tu es entièrement d’accord avec Camille. « C’est bien pour cette raison qu’on a parlé de tout ça avec Océane. Je ne voulais pas qu’elle apprenne une vérité déformée. Ou encore des mensonges qui auraient brisé son âme d’enfant. Alors oui on n’a pas été dans les détails, elle est bien trop jeune pour tout connaître, mais elle sait ce qu’elle doit savoir, dans le cas où elle entendrait des élèves dans les couloirs. » Mais ce n’est pas que ça qui t’inquiète. Non ça, c’est même le cadet de tes soucis que tu éprouves envers ta fille. Tu as peur également et surtout, que ta fille se sente mal par la suite, une fois qu’elle grandira. Parce qu’elle commencera à vieillir, là où ses amis resteront figés dans le temps. Et tu sais combien les dires des autres peuvent blesser. Tu ne cherches qu’à la protéger. Ecoutant la réponse de ton amie face à tes inquiétudes, tu sirotes doucement ta tasse de café. « Je suis d’accord avec toi. Mais c’est tellement dur, surtout quand on est jeune. Avec Damon, nous avons pris tous les deux notre décision. Après, elle fera ses choix de toute manière … J’espère juste qu’elle passera au-dessus de tout ça, à l’avenir, sans en souffrir. »

Ecoutant la suite des dires de Camille, tu comprends tout à fait ce qu’elle dit. C’est vrai que ta vie aurait été différente si tu n’avais pas été humaine. Déjà, tu n’aurais pas eu ta fille, et rien que ça, tu n’échangerais rien. Parce que ta princesse est ton rayon de soleil. Hochant positivement la tête, tu soupires légèrement. « Effectivement. Mais le problème est son jeune âge. C’est compliqué de lui faire voir le potentiel et la chance d’être humaine, quand elle voit que tous ses amis font des choses magnifiques par simple geste de la main. » Même si tout le monde est différent, tu ne peux t’empêcher de voir le mal dans cette différence. Changeant de sujet, tu secoues négativement la tête quand Camille te demande si Océane ne voudrait pas aller à une activité avec des humains. Comme elle. Mais tu lui expliques qu’elle ne veut pas et que tu ne veux pas la forcer. Le jour où elle te dira qu’elle veut faire une activité, tu lui diras oui avec un grand plaisir. Mais pour l’instant, ce n’est pas le cas. Faisant un signe de la main pour montrer que ce n’est rien, tu finis ta tasse avant de la poser sur la petite table basse. Camille vient prendre ta main. La serrant avec un léger sourire, tu hoches finalement la tête. « Tu as sans doute raison. Laissons l’avenir faire et on verra ce qui arrivera. Mais maintenant, finis de parler de moi. Et toi alors, que deviens-tu ? »

Voir le profil de l'utilisateur
Camille O'Connell

Camille O'Connell

Human
Messages : 273
Date d'inscription : 10/07/2018
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Mer 2 Jan - 22:20

The greatest gift of life is friendship.
J’écoute avec attention Elena, fortement attentive à chacun de ses mots. Elle semblait plus confiante. Elle semblait moins angoissée mais je savais que ce n’était pas nécessairement une constante. Je n’avais pas la moindre idée si j’avais réellement su calmer toutes ses angoisses mais j’espérais les avoir au moins un peu apaisées. Rien qu’en parler pouvait aider. « Le temps apportera sans doute les réponses à toutes tes peurs. Je sais que ce n’est pas évident mais il est difficile de dire le chemin qu’elle suivra lorsqu’elle grandira. Je serai là pour t’épauler. Je t’aiderai à faire face peu importe ce qui pourra arriver. Il faut garder confiance en l’avenir. » Il était terriblement compliqué de deviner ce que l’avenir nous réservait. Jamais je n’aurais pu imaginer ce qui m’attendait avant de rencontrer Klaus la première fois. J’avais appris une chose de l’existence : nous n’avions aucun moyen d’anticiper son cours, juste se laisser porter. « En tout cas, elle est pleine de vie. C’est une enfant terriblement adorable. Tu peux terriblement être fière d’elle et je suis certaine que tu pourras continuer de l’être peu importe ses choix. » Mon sourire se veut doux et rassurant. J’avais très peu côtoyé la petite demoiselle mais suffisamment pour me forger une idée la concernant. Je savais qu’elle avait de quoi susciter l’amitié et la loyauté. Elle avait le don d’être protégé par les plus vieux et cela me donnait confiance dans sa capacité à avoir un avenir serein. La question d’Elena me surprend. Je n’ai pas l’habitude de parler de moi. J’écoute toujours les autres mais ce qui porte sur les secrets de mon esprit semblent toujours loin des discussions.

Je ne peux m’empêcher de repenser à tout cela parce que l’amitié était un précieux présent dont on sous-estimait parfois la force. J’étais totalement perdue quand j’étais arrivée ici il y a deux ans. Je n’avais plus de repères. Je ne savais pas comment j’allais survivre à cette existence privée de tout ce qui avait été ma vie. Je ne pensais pas pouvoir me retrouver après m’être perdue dans les tréfonds de l’enfer. Le chemin avait été long. J’avais connu des moments d’égarement, des instants où j’aurais préféré ne jamais être revue à la vie. Je me demandais ce que j’avais à apporter à ce monde qui une première fois m’avait rejetée. Trouver mon chemin dans cette obscurité avait nécessité de la patience. Mais j’avais fait des rencontres richissimes qui m’avaient apporté la paix. Elena était une trouvaille dans ma vie car elle m’avait rappelée à quel point l’humanité pouvait nourrir le cœur pour lui apporter quelque chose de plus doux que tout ce qui pouvait exister dans ce monde. Que pourrais-je dire me concernant ? Je n’avais pas grand-chose à raconter dans le fond. Ma vie était tellement calme, enfin d’une certaine manière. Pourtant, malgré moi, je finis par murmurer la voix douce, avouant ce qui me pèse. « J’ai revu un vieil ami il y a peu de temps. Enfin, c’était plus qu’un ami… il comptait réellement. Je pensais que j’avais fait mon deuil de cette vieille histoire mais le cœur est un traître. » Je hausse légèrement la tête feignant que cela ne m’atteint pas réellement. Je tente de jouer la carte de l’indifférence mais ce n’est qu’illusion car dans le fond, mon cœur lui appartient toujours totalement. Je ne peux pas lutter contre cet instinct qui me pousse vers celui qui pourrait finalement être ma destruction. Je pensais que fuir serait la solution mais finalement… Il revenait vers moi comme un signe du destin. « Je me suis sentie plus vivante que jamais au cours de ces deux dernières années. Je me trouve vraiment pathétique au point de me laisser chambouler pour si peu mais c’était la seule péripétie de mon existence depuis très longtemps. » Je prends une gorgée du café mais il est froid. Je soupire lourdement.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Voir le profil de l'utilisateur
Aloïs Hunter

Aloïs Hunter

Brotherhood of the five
Messages : 254
Date d'inscription : 21/05/2018
Localisation : Peut-être derrière toi ?
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Jeu 17 Jan - 18:18

The greatest gift of the life is friendship.





Même si tu es moins stressée qu’au départ, tu continues pourtant de t’inquiéter pour ta fille. Mais cela est normal, car tu es maman et une maman s’inquiète toujours pour ses enfants. Pourtant, parler avec Camille te fait du bien, car tu vois que tu te fais du mouron pour rien. Océane est jeune mais elle semble bien entourée à l’école, alors que toi, tu t’inquiètes surtout de l’avenir de ta fille. Tu crains qu’elle souffre de fréquenter des personnes qui ne vieilliront pas. Souriant face à la réponse de la blonde, tu hoches la tête vivement. « Merci Camille. L’avenir qui se dessine devant Océane me fera toujours peur. Mais c’est le rôle d’une maman de craindre pour le futur de ses enfants non ? » De toute façon, tu ne pourrais pas arrêter le temps, malgré l’envie qui te tord le ventre. Mais là-dessus, vous n’avez aucune possibilité en tant qu’humain. Vous êtes tous dépendant du destin. La preuve en est. Avec Damon, vous avez été vampire pendant un moment et finalement, vous avez choisi la vie d’humains pour créer votre famille. Pourtant, il y a des années, rien ne vous prédestinez à cet avenir heureux. Relevant les yeux vers Camille en sortant de tes pensées, tu écoutes avec attention ces mots. Tu ne peux t’empêcher de sourire bêtement, parce que ça te fait plaisir d’entendre tout ça. Hochant la tête, tu lances un petit clin d’œil à ton amie. « Je serais toujours fière d’elle, peu importe ce qu’elle fera à l’avenir. Mais ça me fait plaisir d’entendre ça. Vraiment. » En tout cas, ça te rassure, même si tu ne mets pas de nouveaux des mots dessus. Ca ne servirait à rien de relancer le sujet, une nouvelle fois. Vous tournerez en rond avec Camille, et ce n’est pas la peine.

En tout cas, ta rencontre avec Camille est une bénédiction. Déjà vous vous entendez bien. Mais surtout, votre passé commun vous fait vous rapprocher. C’est sûr que tu ne trouveras pas à chaque coin de rue, une personne qui a été vampire et qui est redevenu humain. Là-dessus, la blonde te comprend parfaitement. C’est vrai que Damon peut te comprendre aussi, mais c’est différent de partager tes mots avec la blonde. Remerciant Camille de son aide précieuse, tu préfères changer de sujet en lui demandant ce qu’elle devient. Cela est important pour toi d’être présente pour elle, comme elle est toujours présente pour toi. C’est ainsi que fonctionne l’amitié, même si tu ne le fais pas par obligation. Le regard de Camille semble se voiler, ce qui t’inquiète un peu. Mais tu ne prends pas la parole, préférant la laisser choisir ses mots, sans la presser. Tu es patiente, parce que tu veux pouvoir l’aider au maximum. Posant ta main sur la sienne d’un geste tendre, tu l’écoutes te parler. Serrant sa main, tu plantes ton regard dans le sien. « Je vois bien que cet ami comptait pour toi. Mais tu sais, parfois, une chose nous change complètement, même si on en veut pas se l’avouer ou l’oublier. Alors pourquoi ne pas profiter de ses retrouvailles ? Peut-être que même si tu ne veux pas te l’avouer, cet ami compte pour toi, au point où tu as besoin d’un peu de folie dans ta vie ? »


Voir le profil de l'utilisateur
Camille O'Connell

Camille O'Connell

Human
Messages : 273
Date d'inscription : 10/07/2018
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Mar 22 Jan - 12:31

The greatest gift of life is friendship.
Je dois avouer que je suis terriblement soulagée de constater qu’Elena semble parler avec moins de difficulté du sujet. J’hoche la tête pour approuver ses paroles avant de sourire doucement. « Je crois bien que oui. Je ne connais pas cela et ne le connaitrai peut-être jamais mais c’est en effet le rôle d’une maman de s’inquiéter pour l’avenir de la chaire de sa chaire. Mais tu verras qu’elle saura t’éblouir. » Je n’avais jamais envisagé l’éventualité d’avoir un enfant moi-même. Je ne savais même pas si cela serait possible car j’avais choisi de tomber amoureuse de l’hybride originel à l’époque. Il semblait tellement paniquer à l’idée de devenir père avec Hope alors choisir de l’être à nouveau ne me semblait même pas être une éventualité. Je dois avouer que je ne m’étais pas attendue à ressentir un tel pincement au cœur à l’idée de ne jamais donner naissance à un enfant qui soit le fruit de l’amour. « Je ne peux qu’imaginer que ça fait plaisir. Tu peux sentir ton cœur de maman se gonfler de plaisir. Je me doute que ça ne doit pas être facile au quotidien et un peu de gratification ne fait jamais de mal. Je souris plus tendrement avant de hocher la tête. Je peux sentir qu’elle ne sera jamais totalement sereine mais c’est déjà mieux qu’à mon arrivée. Je ne sais pas très bien comment mais le sujet semble désormais se tourner vers ma petite personne. Je ne suis pas la plus à l’aise quand il s’agit de parler de moi mais avec Elena je suis en confiance.

« Un peu de folie dans ma vie ? J’avoue que je n’avais jamais envisagé en avoir besoin. J’oublie parfois que je suis jeune. Je suis une petite vieille et je vais finir ma vie entourée de chats à ce rythme. Je n’ai même jamais une aventure c’est assez pathétique. » Un rire cristallin franchit mes lèvres. Je dois avouer que je n’avais jamais réalisé à quel point j’étais bien partie pour finir ma vie dans la solitude la plus complète. Je n’avais même pas eu un seul amant en deux amants. Je n’avais même pas ouvert les yeux sur les ouvertures que j’aurais pu avoir. Je me trouve tellement pathétique mais mon cœur est à nouveau vivant depuis que lui est apparu. « J’ai peur de ce que peuvent donner ces retrouvailles. Je l’ai lâchement abandonné lorsque l’on s’est revu après ma seconde chance. Il n’est pas du genre à pardonner facilement que du contraire. Je redoute aussi que la fièvre puisse reprendre entre nous car ça m’a plutôt mal réussi la dernière fois. » Je ne le précise pas mais je fais mention de mes deux morts. Il évolue dans un monde empli de dangers face auxquels je suis totalement démunie mais je ne peux pas lutter contre l’attrait qu’il exerce sur moi. La peur me noue les tripes. Timidement, je finis par avouer ce qui me terrorise encore plus que l’idée de pouvoir renouer avec celui qui m’a volé mon cœur pour le garder en otage. Je ne peux réprimer un frisson baissant les yeux pour fixer mes pieds. « Et j’ai peur d’en perdre mes amis, comme toi car il n’est pas le genre à s’être fait beaucoup aimer. Je crois que tu sais de qui je parle ? Niklaus Mikaleson… » Je suis tout bonnement incapable d’affronter son regard. De ce que j’ai entendu, Damon n’a pas toujours été un ange. Elle lui a pardonné ses égarements. C’est ce que j’ai moi-même fait mais elle pourra-t-elle accepter que je puisse accorder une chance au monstre qui l’a privée de sa tante et a voulu l’exploiter pour son sang ?
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Voir le profil de l'utilisateur
Aloïs Hunter

Aloïs Hunter

Brotherhood of the five
Messages : 254
Date d'inscription : 21/05/2018
Localisation : Peut-être derrière toi ?
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Mer 13 Fév - 14:38

The greatest gift of the life is friendship.





Tu ne peux pas nier que l’avenir de ta fille te fera toujours peur. L’idée qu’elle se sente mal d’être une des seules à vieillir ou qu’elle puisse se faire attaquer sans moyen de défense, te terrifie. Et pourtant, c’est sa vie. Elle fera avec, fera ses choix, comme vous l’avez fait avec Damon en décidant de devenir humain. Mais parler avec Camille finit quand même par te rassurer. Lui souriant, tu ne peux t’empêcher de dire que c’est le rôle d’une maman de s’inquiéter pour ses enfants. Hochant positivement la tête, tu poses ta main délicatement sur celle de la blonde. « Tu connaîtras ça un jour Camille, n’en doute pas. » Tu sais que parfois le ciel peut sembler bien sombre, mais ça ne veut pas dire qu’il ne finira pas par redevenir bleu. Parfois, c’est juste une question de temps. Comme c’est une question d’année avant que ta fille ne grandisse et décide de prendre son propre envol. Elle fera ses propres erreurs, comme toi par le passé. Mais tant qu’elle sera heureuse, tu le seras avec elle. C’est la seule chose qui t’importe de toute façon : son bonheur. Entendant le compliment de Camille, tu lui souris gentiment pour la remercier. Hochant la tête, tu confirmes que ton cœur de maman se gonfle de bonheur. C’est toujours plaisant d’entendre des compliments de toute façon.

Préférant changer de sujet, tu demandes à Camille de ses nouvelles. Vous avez assez parlé de toi et de ta vie de famille, il est donc normal que tu écoutes à ton tour la blonde. Alors tu lui donnes ton avis sur la situation. Alors quand elle te parle de son ami qu’elle a revu il y a peu, tu lui dis que c’est peut-être un grain de folie qu’elle a besoin, même si elle ne le sait pas forcément. C’est peut-être inconsciemment ? Souriant face à ses propos, tu secoues la tête en levant les yeux au ciel. « Une petite vieille qui peut encore bien séduire. Et puis même si tu finis avec des chats, ils seront les plus heureux et chanceux du monde. Mais je n’y crois pas, tu trouveras quelqu’un Camille, ne t’en inquiète pas. » Tu crois réellement ce que tu dis. Tu n’arrives pas à te dire que Camille finira seule, avec des chats. Bien au contraire. Elle est encore belle et jeune ; elle a tout pour plaire. Il faut juste qu’elle se laisse le temps de trouver la bonne personne. Peut-être d’ailleurs ce fameux ami qu’elle a revu ? Ecoutant ce qu’elle te dit, tu analyses la situation. Tu ne veux pas lui donner de mauvais conseils. Mais cet homme semble exercer une forte attraction sur Camille. Alors même si elle l’a abandonné, tout peut être pardonné. C’est toujours simplement une question de temps. « Si la fièvre a repris entre vous, c’est que ça devait se faire. Parfois, on ne peut pas maîtriser l’attraction qu’on ressent, bien au contraire. Et je suis sûre qu’il saura te pardonner Camille. » Mais quand elle prononce ce nom, tu te recules. Alors là, c’est sûr, que tu n’en reviens pas. Klaus Mikaelson. L’homme qui a voulu te tuer, qui a tué Jenna, tout ça pour briser sa malédiction. « Whaou … C’est … Laisse-moi deux minutes. » Il faut le temps que tu encaisses. C’est sûr que là, tout ce que tu viens de dire est remis en question parce que là, ça concerne un monstre sans nom. « Je comprends tes hésitations … Klaus Mikaelson … Effectivement, ce n’est pas un homme qui pardonne facilement, et je comprends mieux tes réticences. Vu ce qu’il m’a fait, et à ceux que j’aime, j’ai beaucoup de mal à te dire de retourner près de lui Camille. Je ne voudrais pas qu’il te fasse du mal … »


Voir le profil de l'utilisateur
Camille O'Connell

Camille O'Connell

Human
Messages : 273
Date d'inscription : 10/07/2018
The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Mar 5 Mar - 22:12

The greatest gift of life is friendship.
Je ne peux m’empêcher de douter qu’elle puisse avoir vu juste car dans le fond, je redoute de ne jamais trouver l’homme qui pourrait partager cette envie avec moi. Ce bonheur se vit, se partage mais surtout cela doit se choisir d’un commun accord. Comment me convaincre que cela puisse être autre chose qu’une chimère quand le seul qui fasse battre mon cœur assez fort n’est pas du genre à sauter de joie à l’idée de fonder une famille. La tristesse opprime mon cœur mais je ne me laisse pas abattre. Je finirai par trouver la voix de mon bonheur, je me refuse à en douter. Je devais me convaincre que des surprises m’attendaient dans mon avenir. Son geste emplis de tendresse et de sollicitude me touche. « Tu as probablement raison. Je vais garder confiance en l’avenir. » Un sourire étire mes lèvres alors que je reprends confiance. Je me mords la lèvre et hoche la tête avec plus de conviction essayant de taire les doutes qui m’habitent. Je tremble légèrement à l’idée d’ouvrir mon cœur un jour prochain, de partager mes aspirations, mes espoirs si je parviens simplement à me faire pardonner. J’essaie trop d’avoir le contrôle de tout alors que je sais que l’avenir est totalement imprévisible. Je devrais peut-être lâcher prise et chercher à m’occuper de prendre soin de moi à la place. « Je me dis que pour la séduction, faudrait que j’essaie de prendre un peu soin de moi. Je me souviens plus la dernière fois que j’ai été chez le coiffeur ou que je me suis achetée des vêtements qui soient autre chose que confortable. Quant au maquillage, je n’en parle même pas. Je crois que je ne serais même plus capable de me maquiller tellement j’ai perdu l’habitude. Au moins, les chats ne prêtent pas attention à cela. » Je rigole pour masquer que je ne fais pas que plaisanter mais qu’il y a une part de vérité derrière cela.

Alors que le sujet tourne autour de celui qui hante mon cœur, je sens l’angoisse monter de plus en plus. Je profite que le secret sur l’identité de celui dont je parle reste gardé pour étayer un peu mes mots. « J’espère que oui il pourra me pardonner. J’ai peur que ce soit pénible mais… si la flamme a repris c’est que oui, les sentiments ne peuvent pas être morts. Je ne sais pas où ça me mènera mais cela vaut la peine d’au moins, essayer… » Mais le secret vole en éclats et je sens l’angoisse monter alors que la réaction de mon amie me déboussole. Je me sens complètement effrayée à l’idée qu’elle me rejette. Je balbutie assez pitoyablement. « Je… suis… désolée… » Je laisse le silence s’instaurer pendant de longues minutes lui laissant le temps d’assimiler ce que je viens de lui dévoiler. Je baisse la tête assez pitoyablement. Je me sens totalement ébranlée mais je n’ose pas rompre le silence, dire le moindre mot sauf lorsque le besoin de défendre celui que j’aime malgré moi se fait plus pressant. « Je sais que c’est un homme qui peut être cruel, intransigeant, manipulateur, machiavélique, démoniaque, mais j’ai aussi entrevu un homme blessé, capable d’amour, de pardon et d’un instinct de protection et de loyauté disproportionné. Je suis tombée amoureuse de celui qui se cache sous le masque. » Je n’essaie pas de la convaincre de changer d’opinion concernant Klaus. Je ne veux pas la faire changer d’avis car je sais qu’elle ne pourra pas réellement lui pardonner ce qu’il a pu faire. Ce n’est pas ce que je recherche mais davantage de la rassurer sur le fait que je sais exactement ce que je fais. J’ajoute la voix timide et tremblante. « Je sais qu’il pourrait me faire énormément de mal. Je sais que je prends un risque mais je ne le laisserai pas me blesser… Je ne veux pas souffrir mais je ne veux pas perdre ceux auxquels je tiens. Je sais tout ce qu’il t’a fait et j’ai envie de le frapper pour avoir été d’une telle cruauté mais je ne sais pas si je saurais résister, ni même choisir. » L’idée de devoir faire un choix me fend le cœur et j’ose à peine la regarder.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

The greatest gift of life is friendship • Elena Empty
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Music is my life •
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: